Loading color scheme

maskDepuis le début, l'homme a ritualisé sa mort. Du rite est né l’art funéraire dont on a pu dire qu’il est le « berceau de l’art ». Dès l’origine, l’homme est un « Homo æstheticus » au sens plein du terme.

Bon nombre de réalisations artistiques parmi les plus célèbres telles les grottes de Lascaux, les pyramides d'Égypte, le mausolée de l'empereur Qin, celui d'Halicarnasse, le bateau-tombe de Sutton Hoo et le Taj Mahal, sont des tombeaux...

>> Lire la suite...

L'intention esthétique remonte à l'homme de Néandertal 

AtapuercaEn 1998, en Espagne, un biface en quartzite rouge fut découvert parmi la trentaine de squelettes du puits funéraire de la Sima de los Huesos à Atapuerca.

Cette pièce remarquable, en matériau choisi, de couleur distinctive, est une offrande faite aux morts. Tout le contexte atteste d’un comportement hautement symbolique de la part d’anté-Néandertaliens datant d’environ 400 000 ans...

>> Lire la suite... 

 

L’anthropologie l’atteste, la religion des origines s’articule autour de l’idée que la mort n’est qu’un passage.
C’est-à-dire, ce que nous entendons par transvitalisme...

Dextrarum iunctio

La connaissance analytique et l'expérience ordinaire nous laissent entrevoir dans la mort une unité de destin, un processus existentiel possédant une logique propre...

Traditions du monde

Si l’on fait rapidement l’addition, la foi de nos lointains ancêtres tient aux rites solaires de la fertilité, au numineux, au mana…
Autant dire, en un mot, au culte des morts...

Arcana Cœlestia

La découverte des horizons transvitalistes apportera un complément d’âme en établissant une solidarité nouvelle avec les défunts...

On pense à la vie post-mortem comme à de la science-fiction, mais Boèce et Swedenborg nous disent le contraire.
La mort ne renvoie pas au néant. L’homme est un être pour la transvie...